Appel à dons

Appel à dons - URGENCE GRAND'ANSE

Aide et soutien

aux plus démunis de l’ILE A VACHE

Solidarité et dignité toujours ...

Merci à vous trois

Clivens, Jean Delince, Christian

et au Centre Communautaire

de KAYKOK

Sur place, à Pestel, la situation n’évolue pas vite, on manque toujours de tout,

17 jours après le séisme, les secours tardent, la situation sanitaire se complique, la fatigue s’installe.

Grâce aux efforts d’ Oddy NAVAL notre superviseur, ont été chargés à Jérémie , 61 sacs de riz...

Vous pouvez être solidaire ici 
Haiti

Yvon Lagadec, président de EHFA , le 24 aout 2021

"

Ce séisme du 14 août 2021 nous a vraiment mis par terre ... de ce côté-ci de l’Atlantique aussi, toutes et tous, plutôt en vacances, bien loin d’imaginer le possible retour du pire, idiots que nous sommes ...

 

Au bout de 2 années d’efforts, nous étions sur le point de valider les 3 chantiers soutenus par le Collectif Haïti de France dans le cadre du programme COMOSEH financé par l’AFD.

Trois beaux chantiers pour 3 écoles de l’extrémité la péninsule Tiburon, cette longue langue de terres, de montagnes, de mornes et de côtes, située au Sud-Ouest d’Haïti.

3 écoles en bonne voie d’être enfin dotées de toilettes et de réservoirs et pour l’une d’entre elles, à Pestel, d’un grand réfectoire et d’une cuisine attenante.

La rentrée s’annonçait sous les meilleures auspices, jugez-plutôt ...

Après avoir soutenu pendant plus d’une année le financement de la cantine scolaire pour les 360 élèves de l’école Saint François d’Assise de Pestel, la Fondation Sainte Irénée avait accepté de poursuivre le partenariat proposé, rejoint depuis peu par la Fondation Mazars à qui nous venions tout juste d’exposer notre projet de jardin scolaire ( légumes et fruits , élevage de poules et de lapins ). Les fonds dédiés des donateurs historiques assurant la viabilité financière du projet.

 

Mais NON ... au 14 août 2021 un autre scénario nous a rattrapé ...

celui qu’on exècre, celui qui fait peur et qu’on s’efforce de toujours refouler,

celui qui nous ramène aux traumatismes de 2016 ( cyclone Matthew ) et de 2010 ( séisme du 12 janvier ).

 

Alors une fois encore on a fait face ( pas le choix ) et après deux jours de communications coupées, il a bien fallu admettre la réalité de ce nouveau cauchemar, adapter au plus vite quelques secours possibles et mettre de côté ‘ le développement ’ pour gérer ‘ l’urgence ‘.

 

Disposant sur place de partenaires, de réseaux et de quelques moyens, EHFA a pu, une fois évaluées les réalités de terrain et ciblées les situations d’extrême vulnérabilité, choisir de concentrer ses efforts prioritairement sur la commune de Pestel, où le curé de la Paroisse et directeur de l’école Saint François d’Assise, le père Cédras NOEL, avait pris l’initiative d’accueillir devant l’église, à bonne distance des murs qui tombent et qui tuent, une communauté de malheur forte de 450 âmes ...

 

Depuis, la logistique s’est mise en place dans des conditions qui n’ont pourtant cessé de se dégrader.

Le pont Dumarsais Estimé qui permet l’accés à la Ville de Jérémie a été fermé à la circulation, parce que trop dangereux depuis des années déjà, et fragilisé plus encore par le séisme.

L’Etat haïtien, défaillant depuis des décennies a signé là son incroyable incurie ...

Dans le même temps, les jours passant, faute d’interventions et de secours suffisants, l’exaspération, le stress et l’affolement ont gagné les esprits ...les premiers pillages de camions se sont produits ... malheureusement ...

 

Cette situation dégradée nous a motivé à préférer l’acheminement par bateau pour gagner Pestel.

Le 24 août, grâce aux efforts d’ Oddy NAVAL notre coordinateur à Jérémie, ont été chargés :

61 sacs de riz, 61 caisses de spaghettis, 59 gallons d’huile, 10 sacs de haricots,

50 rouleaux de papier hygiénique, 51 tubes de dentifrice, 3 marmites de chlore et 15 caisses de savon,

le tout accompagnant un lot de 100 bâches. 8000 Euros ont été nécessaires pour obtenir ce résultat.

En attendant que l’Etat Haïtien et les ONG n’agissent enfin dans les secteurs les plus reculés, nous avons également décidé de renforcer l’équipe de Jérémie en répondant positivement à l’offre de services de 3 membres de notre petite antenne en HAÏTI.

Il s'agit de l'ingénieure Régine DUBREMA ( compétences évaluations, organisations, mises en oeuvre, suivis ) du jeune médecin Marc-Donald EDMOND et de Dhymi BUISSERETH ( compétences déplacements, organisations, sécurité )

 

Si EHFA parvient à se faire prêter un véhicule ( pick-up ), ces trois recrues, dévouées et motivées, devraient pouvoir produire du bon travail ( bon bagay ) dans les semaines à venir ...

Du transport d’eau potable ( Pestel ) aux productions possibles d’une clinique mobile ( sections communales de Jérémie aux Abricots ) les besoins sont immenses ...

 

Enfin, grâce à la générosité de fidèles donateurs morbihannais, nous avons pu à hauteur de 5000 Euros, satisfaire aussi quelques besoins à l’hôpital des Cayes ( kits alimentaires et médicaments ), cela par l’interface du jeune Clivens GUSTIN dont nous finançons la scolarité et qui, accompagné de deux de ses amis a pu mener à bien cette belle mission.

Respect pour ces jeunes que rien n’obligeait à cette demonstration d’humanité et de solidarité.

 

 

                                  * * * * * * * * * * * * * * *

 

Au 24 août 2021, telle est la situation, 10 jours après le séisme.

Nous avons dépensé tout ce que nous pouvions dépenser et nous aurions souhaité faire davantage.

L’Aide Internationale et les autorités haïtiennes sont toujours absentes.

Nous avons besoin de la générosité publique pour poursuivre, dans les jours et semaines qui viennent, notre travail sur le terrain en sécurisant les personnes, en assurant, si tout se passe bien, une partie de l’alimentation en eau potable de la commune de Pestel et en participant le plus vite possible aux efforts de re-construction, ailleurs en Grand’Anse.

 

Au 24 Août 2021, le constat est sans appel, les populations locales survivent dans des conditions épouvantables.

La solidarité visible partout, acquise depuis si longtemps, permet seule aujourd’hui, dans les secteurs reculés, d’acheminer, de partager, de distribuer, de nourrir, de soigner, de rassurer, et d’espérer peut-être ...

Nos moyens, dérisoires à l’échelle des besoins, accompagnent des initiatives personnelles et collectives, voulues et produites par des haïtiens pour des haïtiens puissantes parce qu’elles maintiennent en vie, et exemplaires pour les leçons qu’elles nous donnent ...

 

Hélas, faute d’un secours plus massif et nécessaire, c’est bien le pire qui est à craindre ...

On n’a jamais entendu parler de famine en Haïti, n’est-ce-pas ...

Ne parlons plus du pire ...

 

 

Kenbe fèm "

11 LatibonitArtist Name
00:00 / 03:48